Mise en scène (chorégraphie)

Le metteur en scène (chorégraphe) doit non seulement penser à tout ce qui est mentionné ci-haut, mais il doit aussi considérer les éléments suivants :

Configuration variée des salles. Les salles de l’Ontario français, pluridisciplinaires et scolaires, varient énormément. Un jour, le spectacle peut se dérouler dans une salle où la scène est surélevée et les spectacles présentés sur un angle, puis le lendemain, au sol où se trouvent aussi les spectateurs. Le metteur en scène ou chorégraphe doit garder cela en tête lors de la conception de sa mise en scène, car il voudra que les spectateurs profitent de toutes les dimensions du spectacle. Il n’est pas nécessaire de concevoir sa mise en scène en fonction de cela, mais simplement d’en être conscient à l’heure des choix.

Coulisses. La plupart des lieux de diffusion n’ont pas de coulisses. Il faut donc penser à gérer les entrées, les sorties et les changements de costumes des artistes. Est-il préférable qu’ils soient toujours sur scène ? Est-ce qu’il faut inclure un mur dans la scénographie derrière lequel on peut faire disparaître les comédiens ?

Les imprévus. En tournée, tout peut arriver. Une cloche peut sonner ou une annonce à l’intercom peut se faire entendre en même temps qu’un spectacle est en cours dans une école (gymnase, cafétéria, etc.). Surtout au théâtre et en danse, il est important de discuter de ces circonstances avec les artistes et de leur indiquer comment réagir si elles surviennent pendant un spectacle. Les artistes doivent-ils figer sur scène et attendre que ça finisse, intégrer ces interruptions au spectacle, les ignorer et continuer comme si de rien n’était ? Cela variera selon la nature du spectacle et les désirs du metteur en scène.